top

Les histoires de DJEHA d'après ABDERRAMANE Lounès

 

1-Djeha et sa corde

Un jour, un étudiant vint chez Djeha et lui dit:
"As-tu une corde à me prêter ?
-Pour quoi faire ?
-C'est pour mettre à sécher quelques morceaux de viande salée.
-J'en ai bien une, vois-tu, dit Djeha, mais ma femme s'en est servie pour faire sécher son couscous.
L'étudiant resta un moment bouche bée puis s'en alla.
-Est-ce qu'on étend du couscous sur une corde ? fit observer la femme de Djeha.
-Femme stupide, quel autre motif aurais-je pu lui donner pour refuser de lui prêter ma corde ?

 
 
2-Djeha et sa montre

Djeha dormait un jour sur la terrasse de sa maison. Un de ses voisins qui voulait lui faire une farce le héla.
"Que me veux-tu ? répondit Djeha.
-Descends, mon cher. J'ai un mot à te dire."
Djeha descendit.
"-Quelle heure est-il ? lui demanda alors le voisin en ricanant.
-Viens avec moi, fit Djeha. Montons à la terrasse, il se trouve que j'ai moi aussi à te parler."
L'autre le suivit sans se méfier et lorsqu'ils furent arrivés, Djeha lui dit, le plus sérieusement du monde :
"-Désolé, mon ami, ma montre s'est arrêtée voilà bientôt huit jours.
-Et il a fallu que tu me fasses faire tout ce chemin pour me le dire ! fit le voisin essoufflé.
-Et toi, répliqua Djeha, n'aurais-tu pas pu me poser la question sans m'obliger à descendre ?"

 
 
3-Le loyer

Djeha avait loué une chambre dans une maison et ne payait jamais son loyer. Au bout de quelques mois, il se mit à faire toutes les nuits un tapage assourdissant. Le propriétaire, qui habitait dans la maison, excédé, lui fit un jour le reproche : "Qu'as-tu à faire ainsi un vacarme chaque nuit dans ta chambre?
-Mon fils, répondit Djeha, je dresse des serpents pour les vendre aux Aïssaouas.
-Tu élèves des serpents dans ma maison!s'écria le propriétaire. Dépêche-toi de déguerpir de chez moi! Libère cette pièce aujourd'hui même, je te fais grâce du loyer."
Inutile de préciser que Djeha ne se le fit pas répéter. C'était bien ce qu'il désirait.

 
 
4-L'âne de Djeha

Un jour un homme vint chez Djeha et lui demanda de lui prêter son âne. "Ami, répondit Djeha, mon âne n'est pas ici."
Il n'avait pas fini de parler que des braiements se firent entendre.
"-N'est-ce pas lui qui braie ainsi? demanda l'ami.
-Serait-ce que tu croies ce que dit un âne et n'accordes aucun crédit à mes paroles, moi qui suis un vieillard à la barbe blanche?"
 

bottom